Mittwoch, 12. Oktober 2022

Pierre-André Taguieff: Gefährliche Verbindungen ----- Islam und Nazismus, Islam und Linke

Pierre-André Taguieff:
Liaisons dangereuses :
islamo-nazisme, islamo-gauchisme

Paris: Les éditions Herrmann
2021, 120 pp.

ISBN : 9791037006974

Mehr zu Pierre-André Taguieff (*1946)
--- wikipedia.en ---

>>> Rezension / Compte rendu 1
(Jean-Bruno Renard, Revue des Deux Mondes, 15.07.2022)

>>> Rezension / compte rendu 2 (Emmanuel Lemieux, Le caoua des idées,  27.03.2021)

Mehr zum Autor und dem Buch:
Die Macht des Vorurteils. Rassismus und sein Double 
(2000) -- (Perlentaucher)

Vg. auch Gudrun Krämer: Der Architekt des Islamismus.
Hasan al-Banna und die Muslimbrüder. Ein Biographie.

München: C.H. Beck 2022, 528 S. , 52 Abb. Register

Information de l'éditeur mit weiteren Veröffentlichungen des Autors

Les convergences entre l’islam fondamentaliste et les extrémismes politiques se sont multipliées depuis les années 1920. Une première alliance idéologique, l’ « islamo-nazisme », est apparue sous l’égide du « Grand Mufti » de Jérusalem, Amin al-Husseini, et des Frères musulmans. Après la Seconde Guerre mondiale et la création de l’État d’Israël, une nouvelle configuration idéologique s’est développée au sein des mouvances tiers-mondistes ou altermondialistes ralliées à l’antisionisme radical  : l’ « islamo-gauchisme ».

En France, aujourd’hui, un profond clivage idéologico-politique oppose les anti-islamistes aux anti-islamophobes, lesquels sont souvent des islamo-gauchistes, c’est-à-dire des militants d’extrême gauche séduits par l’islam politique au point de s’en faire les défenseurs à travers des arguments antiracistes empruntés aux thèses décoloniales ou indigénistes. Les islamo-gauchistes forment des minorités actives sur les réseaux sociaux et dans l’espace universitaire. Ils visent à placer les citoyens devant ce dilemme  : être pro-islamistes ou « islamophobes ».

Comment échapper à cette alternative inacceptable ? Comment préserver la liberté d’expression, et plus particulièrement le principe de la libre critique des religions, quand les défenseurs de la laïcité sont accusés de faire preuve d’ « islamophobie » par les islamistes et ceux qui les soutiennent, directement ou non ?

Verlagsinformation (deutsche Übersetzung)

Die Konvergenzen zwischen dem fundamentalistischen Islam und dem politischen Extremismus haben sich seit den 1920er Jahren vervielfacht. Eine erste ideologische Allianz, der "Islamo-Nazismus", entstand unter der Ägide des "Großmuftis" von Jerusalem, Amin al-Husseini, und der Muslimbruderschaft. Nach dem Zweiten Weltkrieg und der Gründung des Staates Israel entwickelte sich eine neue ideologische Konfiguration innerhalb der Drittwelt- oder Antiglobalisierungsbewegungen, die sich dem radikalen Antizionismus anschlossen: der "Islamo-Linkeismus".
In Frankreich besteht heute eine tiefe ideologisch-politische Kluft zwischen Anti-Islamisten und Anti-Islamophoben, bei denen es sich häufig um Islam-Linke handelt, d. h. um linksextreme Aktivisten, die vom politischen Islam so verführt werden, dass sie ihn mit antirassistischen Argumenten verteidigen, die sie den dekolonialen oder indigenistischen Thesen entlehnen. Die Islamisten der Linken bilden Minderheiten, die in sozialen Netzwerken und im akademischen Bereich aktiv sind. Sie zielen darauf ab, die Bürger vor das Dilemma zu stellen, entweder pro-islamistisch oder "islamophob" zu sein.
Wie kann man dieser inakzeptablen Alternative entgehen? Wie kann man die Meinungsfreiheit und insbesondere den Grundsatz der freien Religionskritik bewahren, wenn die Verteidiger des Säkularismus von den Islamisten und denen, die sie direkt oder indirekt unterstützen, der "Islamophobie" bezichtigt werden?

-----------------------------------------------------------------------------------

Intentions de l'auteur
« Mon but n’était pas de faire l’oeuvre d’érudition, ce que j’ai fait dans de nombreuses autres publications, mais de contribuer à clarifier les termes d’un débat récurrent sur les politisations de l’islam au XXème siècle et en ce début du XXIème. Il s’agissait pour moi de montrer que ces dernières ont pris différentes formes en s’articulant avec des idéologies ou des forces politiques oscillant entre l’extrême droite et l’extrême gauche, entre le national-socialisme ou le fascisme et le communisme. Il s’agissait aussi, en esquissant un bref état des lieux de l’islam politisé, d’évaluer l’importance de ces jumelages idéologiques entre milieux islamistes et milieux extrémistes occidentaux de droite et de gauche , et, bien, sûr, de fournir , à travers données et analyses, les éléments permettant de jauger la menace qu’ils représentent aujourd’hui pour les démocraties pluralistes »

Deutsche Übersetzung: Intentionen des Autors
"Mein Ziel war es nicht, ein Werk der Gelehrsamkeit zu vollbringen, was ich in zahlreichen anderen Veröffentlichungen getan habe, sondern dazu beizutragen, die Bedingungen einer immer wiederkehrenden Debatte über die Politisierung des Islam im 20. und beginnenden 21. Es ging mir darum zu zeigen, dass diese unterschiedliche Formen annahmen und sich mit Ideologien oder politischen Kräften verbanden, die zwischen der extremen Rechten und der extremen Linken, zwischen dem Nationalsozialismus oder Faschismus und dem Kommunismus schwankten. Es ging auch darum, eine kurze Bestandsaufnahme des politisierten Islam zu machen, die Bedeutung dieser ideologischen Partnerschaften zwischen islamistischen Kreisen und westlichen Rechts- und Linksextremisten zu bewerten und natürlich anhand von Daten und Analysen die Elemente zu liefern, die es ermöglichen, die Bedrohung zu beurteilen, die sie heute für die pluralistischen Demokratien darstellen".

Kommentar mit Inhaltsverzeichnis
in: Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires 
(ISSN: 2777-3973) 
23 juillet 2022

Table des matières  / Inhaltsverzeichnis

Avertissement ... 7

Introduction … 9

I. L’islamo-nazisme et ses héritages  /
   Der Islamo-Nazismus und seine Erben … 17

L’alliance islamo-nazie …18

L’héritage de l’islamo-nazisme après 1945 … 28

Itinéraires emblématiques de convertis : Claudio Mutti et David Myatt ... 29

Dans le sillage d’al-Banna et d’al-Husseini …32

Nationalisme arabe, islamisme et haine des Juifs … 41

Arafat : jihadisme et taqiyya … 54

Jihad et utopie du califat mondial … 57

II. L’émergence de l’islamo-gauchisme /
Das Heraustreten der Verbindung von Islam und Linke … 65

Qui sont les islamo-gauchistes? … 67

L’expression «islamo-gauchisme» : formation et emplois … 72

Convergences et alliances : de Carlos à Ramadan … 77

Islamo-communisme : le modèle Garaudy … 81

L’espace islamo-gauchiste … 86

Face à l’islamo-gauchisme : les adeptes du déni ………………..97

Conclusion / Schlussfolgerung … 103

Bibliographie sommaire …109

Extraits / Textauszüge

« Au début des années 2000, l’expression « islamogauchisme » avait sus ma plume une valeur strictement descriptive, désignant une alliance militante de fait entre des milieux islamistes et des milieux d’extrême gauche, au nom de la cause palestinienne, érigée en nouvelle cause révolutionnaire supposée universelle. Elle intervenait dans ce qu’on appelle des « énoncés protocolaires » en logique, dotés d’une valeur « observationnelle ». Mais, bien entendu, elle prenait un sens accusatoire ou stigmatisant dans certains contextes d’emploi. J’ai utilisé l’expression dans diverses conférences prononcées en 2001 et 2002, ainsi que dans des articles portant sur ce que j’ai appelé « la nouvelle judéophobie » (titre de mon livre publié en janvier 2002), fondé sur un antisionisme radical, partagé par tous les courants islamistes et la plupart des mouvances d’extrême gauche, dont l’objectif est l’élimination de l’État Juif. Pour ne prendre qu’un exemple, dans mon article synthétique intitulé « L’émergence d’une judéophobie planétaire : islamisme, anti-impérialisme, antisionisme », publié début 2003 dans la revue de géopolitique Outre-Terre, j’évoquais une « mouvance islamo-gauchiste » en cours de formation, qu’il fallait décrire et analyser. L’année suivante, dans Prêcheurs de la haine, puis en 2008 dans La Judéophobie des modernes, je me suis efforce de répondre à la question : comment cette imprégnation croissante des mobilisations « révolutionnaires » a –t-elle été possible. L’une des hypothèses qu’on peut avancer est que l’intransigeance idéologique et la violence djihadiste exercent une force de séduction sur nombre d’intellectuels engagés à l’extrême gauche –sur la « haute » comme sur la « basse » intelligentsia. Nombreux sont les historiens des idées politiques qui ont mis en évidence  ce que Jacques Julliard a appelé la « préférence pour l’extrémisme » qu’on rencontre chez les intellectuels, leur goût pour l’utopisme révolutionnaire et la violence rédemptrice.

« Ceux qui à l’extrême gauche ou dans certains milieux islamistes, veulent disqualifier l’expression « islamo-gauchisme »  en attribuent la création à une origine vénéneuse, à savoir « l’extrême droite »  ou « les réactionnaires ». C’est la manière rituelle de pratiquer, notamment en France, la reductio ad Hitlerum. L’ennui, pour ces critiques pressés, est que leur thèse est fausse. Ce qui est vrai, c’est que l’expression , une fois forgée par moi, a été reprise par des polémistes d’extrême droite, mais ni plus ni moins que par la gauche républicaine ou la droite libérale, ce qui témoigne d’un relatif consensus sur la réalité de la menace. Cela ne veut pas dire qu’elle aurait été suffisamment analysée. Aux jeunes chercheurs de poursuivre à la fois le travail de conceptualisation et les enquêtes sur le terrain, portant notamment sur l’espace universitaire et les plateformes numériques, où une forte imprégnation islamo-gauchiste est observable ».I

Keine Kommentare:

Kommentar veröffentlichen